"Soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde" Mahatma Gandhi

"Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde.
C'est d'ailleurs toujours comme cela que ça s'est passé." Margaret Mead



dimanche 18 décembre 2011

Un espoir dans les énergies propres et sûres

Voici ci-dessous un article extrait du blog de Florence Meichel, qui administre par ailleurs l'excellent réseau social Apprendre 2.0 dont l’objectif est de débattre des impacts des Nouvelles Technologies sur notre façon d’apprendre.
J'ai repris en dessous un article sur le même sujet que j'avais publié sur Essenciel début novembre.
Coeurdialement
Charles

=================================================

Energie : mise en perspective

Avant toute chose, je précise que je fais une veille légère sur l’actualité scientifique mais ne suis pas physicienne. Par contre, je m’intéresse depuis longtemps aux organisations/réseaux apprenants et a l’écologie. D'une certaine manière ces trois dimensions sont liées : au delà de ses propres zones d'ignorance, on apprend avec d'autres et en lien au monde.

C'est précisément ce contexte qui m'a amenée a découvrir les notions de "Fusion froide" et de Low Energy Nuclear Reaction (LENR) qui, si je ne m'abuse, remettent a plat bien des idées reçues et bien des dogmes sur les questions énergétiques. Selon ce principe, il est possible de produire de l’énergie "propre", sans danger, en grande quantité,  a très bas coût et de façon décentralisée...c'est ce que semblent démontrer 20 ans d’expérimentations réalisées un peu partout dans le monde.



Il va sans dire que cette approche constitue une forme énergétique cohérente et légitime au regard de la perspective numérique. Après l’éducation, la création monétaire, il apparaît donc que l’énergie puisse s'inscrire dans le prisme de cette vision globale développée par Olivier Auber et décidément bien pertinente. C'est enthousiasmant et porteur sur de nombreux plans : écologiques, industriels, économiques, politiques et aussi culturels.

Sauf que le saut paradigmique et cognitif impliqué par ce passage est MAOUS COSTAUD. Cela génère des résistances a la mesure du changement nécessaire :  Malgre un vif intérêt de la Nasa, Andrea Rossi fait aujourd'hui les frais de ces résistances autour de son experimentation e-cat :-(

Cela dit, les défis d'avenir auxquels nous sommes confrontés peuvent-ils continuer a rester aveugles devant ces voies de recherche et d'action, surtout après Tchernobyl et Fukushima ? Je ne le pense pas...si ça n'est pas Rossi, ça sera un(e) autre...

“Il n’est rien au monde d’aussi puissant qu’une idée dont l’heure est venue.” Victor Hugo ! And it's time now !

A lire en parallèle :
- "The experimental evidence for anomalies in metal deuterides, including excess heat ans nuclear emisssions, suggests the existence of new physical effects" http://web.archive.org/web/20070106185101/www.science.doe.gov/Sub/Newsroom/News_Releases/DOE-SC/2004/low_energy/Appendix_1.pdf 
E-Cat Update: LENR Confirmed by Mainstream Scientists http://earthbagbuilding.wordpress.com/2011/12/14/e-cat-update-lenr-confirmed-by-mainstream-scientists/
- La thèse d'une troisième révolution industrielle par J. Rifkin
http://www.enerzine.com/14/13149+la-these-d-une-troisieme-revolution-industrielle-par-j-rifkin+.html


=================================================
(la suite a déjà été publiée le 10 novembre sur Essenciel)

Merci à mon ami Philippe pour son article ci-dessous sur le réacteur dit à fusion froide ou plutôt à Réactions Nucléaires à Basse Énergie (RNBÉ)
sur lequel voici quelques autres articles :

http://albert.cau.free.fr/English/Atome%20prop.html
en anglais : http://www.e-catworld.com/

Voici un article (en français approximatif) sur les résultats publiés le 28 octobre concernant les tests de l'usine E-cat 1MW

Une autre technique énergétique se propose de transformer le CO2 en pétrole :
http://www.lespacearcenciel.com/transformer-le-co2-en-petrole-cest-possible.html

Je fais attention à ne pas oublier, que même dans l'hypothèse d'une solution renouvelable et propre à nos besoins en énergie,
il n'en reste pas moins que de très nombreux éléments (en particulier les métaux et terres rares utilisées dans l'électronique) sont
en passe (si ce n'est pas déjà fait) d'atteindre leur pic de production.

Il ne faudrait donc pas que la résolution de nos besoins énergétiques
nous fassent ignorer la raréfaction des autres ressources non renouvelables.

Comme nous le dit Pierre Rabhi, nous pouvons très bien imaginer une dictature écologique :
"Vous pouvez manger bio, recycler votre eau tout en exploitant votre prochain. Une dictature écologique, c’est une hypothèse tout à fait plausible. Toutes les horreurs et les dérives sont possibles si l’être humain, lui-même, ne s’élève pas. S’il ne change pas, la société ne pourra pas changer et nous en reviendrons toujours aux vieux réflexes de violence, de peur, de spoliation qui sont profondément ancrés dans la nature humaine."
Coeurdialement

Charles

===============================================
Bonjour à tous et toutes

Voici selon moi une très bonne nouvelle du côté des énergies nouvelles sans gaz à effet de serre ni déchets nucléaires. Je parle de ce qu’on a appelé trop rapidement la fusion froide, découverte par Pons et Fleischmann en 1989, et qu’on appelle aujourd’hui des Réactions Nucléaires à Basse Énergie (RNBÉ).

Et bien,
le 28 octobre dernier, Andrea Rossi, l’inventeur principal d’un nouveau type de RNBÉ, a fait la démonstration d’un réacteur qui a produit 479 kW de puissance thermique, en moyenne, pendant 5 heures et 30 minutes (durée du test). L’énergie thermique produite pendant ce temps a été de 2635 kWh alors que l’énergie électrique consommée n’a été que de 66 kWh, principalement dans la première demi-heure pour démarrer la réaction à l’aide d’éléments chauffants. Pendant ce test, le réacteur RNBÉ de Andrea Rossi aurait donc produit 40 fois plus d’énergie qu’il n’en a consommé! Après le test, le premier client a signé le contrat pour l’achat du réacteur, et 13 autres seraient déjà dans le carnet de commande! Voir les deux articles suivants

http://www.wired.co.uk/news/archive/2011-11/06/cold-fusion-heating-up

Notons que dans l’expression Réactions nucléaires à basse énergie (RNBÉ) les mots «basse énergie» ne signifient pas que les énergies dégagées sont faibles, mais plutôt qu’on peut déclencher ces réactions nucléaires avec très peu d’énergie, comparativement à la fusion chaude, par exemple, qui nécessite d’atteindre d’abord des températures de plus de cent millions de degrés Celsius.
Notons aussi, et ce n'est pas rien, qu'aucune radiation dangereuse n’est émise à l’extérieur et qu'il n’y a aucun déchet radioactif. Cette percée majeure est réellement porteuse d’espoir pour l’avenir.

Bonne journée
Philippe



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire