"Soyons le changement que nous souhaitons voir dans le monde" Mahatma Gandhi

"Ne doutez jamais qu’un petit groupe de gens réfléchis et engagés puisse changer le monde.
C'est d'ailleurs toujours comme cela que ça s'est passé." Margaret Mead



vendredi 25 octobre 2013

Rendons grâce à notre Terre-Mère

Bonjour les amiEs,

    Mon amie Maryvonne m'a fait remarqué, à juste titre,
    que l'ancien titre de cet article "Donnons des droits à la Terre"
    était bien présomptueux et représentatif d'une vision erronée qui nous
    placerait encore une fois au-dessus de la Nature.
    En effet, notre Terre-Mère n'a, en aucun cas, besoin de nous pour
    réclamer ses droits et nous devrions plutôt lui rendre grâce d'accepter avec
    autant de patience nos comportements si peu respectueux ;-)
    Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté sur cet ajout à mon article, je
    confirme que je soutiens à 200% cette belle initiative
qui a le potentiel pour
    débloquer la crise actuelle, mettre en place une feuille de route très
    différente et construire une nouvelle vision.


Un mouvement citoyen à travers toute l'Europe demande que le Parlement européen reconnaisse le crime d'Ecocide, c'est à dire le fait de détruire des écosystèmes à grande échelle.
 
Cette initiative a pour objectif de préserver la biodiversité et les générations futures, grandement menacées par une gestion des ressources terrestres effrénée, tournée uniquement vers les profits à court terme.  

Si une telle directive est adoptée, elle permettra de responsabiliser des personnes physiques : dirigeants d'entreprises, chefs d'états, directeurs de banque, afin qu'ils optent pour un changement vers cet autre monde que nous appelons de nos vœux, plus humain et plus solidaire et pour une transition énergétique rapide. 



Pour cela, nous demandons que les personnes physiques, responsables de ces destructions, puissent être pénalement poursuivies afin de sortir d'une politique de "pollueur-payeur" qui ne condamne que les entités morales à l'origine de catastrophes - et encore rarement- et ne remet pas en question les activités industrielles qui s'accaparent le vivant comme celles menées par Monsanto.

Il ne s'agit pas d'envoyer ces personnes en prison, mais bien de leur proposer un moyen de résister à la pression de leurs actionnaires ou de tout autre groupe constitué de personnes sans respect pour notre belle planète, la Nature dont nous sommes un élément indissociable et ainsi donner un droit d'existence sur une planète vivante et belle aux générations futures.



Pour soutenir ce projet législatif, rendez-vous sur http://www.endecocide.eu
muni d'une pièce d'identité pour prouver votre citoyenneté européenne.
En effet, il ne s'agit pas d'une pétition, mais bien d'un vote à l'échelle européenne.


Pourquoi en avons-nous besoin ?
  • Pour qu’une loi puisse être invoquée pour tous types de destructions environnementales
  • Pour que la responsabilité pénale des décideurs soit engagée
  • Pour préserver et protéger la biodiversité
  • Pour protéger les écosystèmes dans leur ensemble, et pas seulement des éléments distincts comme le sol, l’air, la faune et la flore
  • Pour favoriser la transition écologique
  • Pour honorer notre devoir envers les générations futures
  • Pour contribuer à un changement de valeurs afin que la Terre se voit reconnaître des droits
Cette initiative a été lancée au départ par de simples citoyens de 7 pays d'Europe, soutenue par de nombreuses organisations depuis,


et des personnalités qui ont manifesté leur appui par la publication d'une Tribune dans Le Monde.fr le 16 juillet dernier (Pierre Rabhi, Philippe Desbrosses, Edgar Morin...) :


Il ne reste que 3 mois pour rassembler 1 million de signatures dans 7 pays européens.

Pour l'initiative Right2Water, la déclaration de soutien faite à une heure de grande écoute à la télévision allemande par un chanteur a permis de réunir
800 000 signatures en 15 jours et l'initiative a ainsi pu réunir les 1 million de signatures nécessaires pour être prise en compte par le Parlement Européen.


Nous recherchons donc des personnalités publiques qui pourraient nous aider de plusieurs manières : 
  • en acceptant d'être filmée quelques minutes pour en obtenir une vidéo faites de témoignages et d'appels à soutien.
    Cette vidéo sera diffusée fin novembre sur les réseaux sociaux pour booster le nombre de signatures dont nous avons besoin pour nous faire entendre.

A l'issue de la période de collecte de signatures, fin janvier 2014, et quelquesoit le nombre de soutiens obtenus, nous continuerons à promouvoir la reconnaissance du crime d'Ecocide et cela, à l'échelle des Nations Unies.

=============================================

Voici ci-dessous la traduction de l'article http://eradicatingecocide.com/overview/a-law-for-business/ que je trouve remarquable pour expliquer les conséquences bénéfiques d'une telle loi.
(merci à mon ami Pierre Johnson pour l'aide apportée à cette traduction). 


Une loi pour les entreprises


La Directive anti-écocide, si elle était mise en œuvre,
favoriserait grandement les solutions soutenables.

Dans presque tous les pays, des entreprises relèvent le défi de cesser d'être à l'origine de destructions de masse, pour devenir une partie de la solution ; les énergies renouvelables, les technologies de la prochaine génération et l'innovation évoluent ainsi dans une direction très différente.

Ce qui empêche ces entreprises de changer d’échelle est l'absence d'une loi globale qui privilégie les investissements dans des activités qui ont peu ou pas d'impacts négatifs sur les personnes et la planète. Elles sont toutes confrontées au même défi : changer d’échelle sans un cadre législatif global qui privilégie leur entreprise. Les subventions et les politiques gouvernementales actuelles ne soutiennent pas l'économie verte, et les dispositions volontaires ne brisent pas le plafond de verre. Tout simplement, il n'y a pas de règles du jeu équitables. Les investisseurs ne reçoivent pas de signaux pour privilégier le long terme ;
les investissements continuent à alimenter les technologies établies depuis longtemps plutôt que de soutenir les nouvelles technologies durables et les gouvernements sont incapables de mettre en œuvre une politique qui n'est pas soutenue par un cadre juridique international.


Sans un cadre juridique global qui ferme la porte aux activités industrielles dangereuses et ouvre la possibilité d'un large soutien, les gouvernements, les investissements et les entreprises ne peuvent pas sortir de l'impasse. Malgré tous les efforts de tant d'entreprises, presque toutes les limites écologiques sont en cours de dépassement.

La Directive anti-écocide est une loi qui va changer les règles du jeu. Comme indiqué par Polly Higgins, dans son deuxième livre, « La Terre, c'est notre affaire : Changeons les règles du jeu », la règle numéro un qui régit la plupart des entreprises est de faire du profit sans aucune conséquence. Cette loi a marché pendant une longue période ; mais nous savons maintenant que beaucoup de pratiques commerciales sont à l'origine de destructions de masse. Souvent, il n'y a aucune intention ; la plupart du temps, l'écocide est un effet collatéral de l'activité exercée.

Pour imaginer les conséquences positives sur les affaires d'une telle Directive anti-écocide, trois étapes sont nécessaires :

1. Créer un cadre équitable pour tous;
2. Donner une période de transition appropriée et
3. Donner l'opportunité au monde industriel de changer à un niveau international.

Une Directive anti-écocide aidera les entreprises aux objectifs écologiques ambitieux.
En supprimant à la source les restrictions actuelles à l'économie verte, une Directive anti-écocide bénéficierait grandement à l''entreprise qui a une vision affirmée de développement durable.
En créant une loi qui interdit l'écocide, une nouvelle règle du jeu serait établie pour le monde des affaires, qui succéderait à celle d'aujourd'hui, laquelle n'a pas réussi à éviter les conséquences néfastes au plus haut niveau. La Directive anti-écocide crée une nouvelle disposition « penser avant d'agir » ; elle crée une obligation légale de prendre en compte en premier lieu les intérêts des êtres humains et de la planète.
Lorsque cela se produira, les entreprises avec un programme affirmé de durabilité, auront les moyens de remplir leur objectif.

Polly Higgins a proposé à tous les gouvernements une période de transition de 5 ans de 2015 à la fin 2019. Les économies mondiales recevront un cadre législatif pour créer de la résilience et de la stabilité ainsi que de la sécurité pour les investissements à long terme. En outre, au fur et à mesure que de nouvelles entreprises s'y investiront à échelle croissante, les entreprises existantes modifieront leur activité principale pour se mettre en accord avec la nouvelle directive. Cela va initier une vague d'innovation et d'investissement à travers le monde, le développement de pratiques de marché pour résoudre les problèmes environnementaux, tout en permettant l’afflux d'argent dans des solutions innovantes et évolutives. Cela permettra le développement d'une société globale d'entrepreneurs : les innovateurs sociaux vont prospérer, car ils aborderont les problèmes émergents et persistants ; les entreprises existantes répondront favorablement à une loi qui ouvre la porte à d'autres marchés et à de nouvelles opportunités. En conséquence, les flux d'investissement à long terme à la fois privés et publics seront devenus largement disponibles, et redirigeront les flux d'argent vers de nouvelles pratiques économiques ainsi que vers celles plus traditionnelles mais désireuses et capables d'innover, de mobiliser largement et de changer d’échelle.

Une économie mondiale fondée sur une Directive anti-écocide peut être notre futur. Une Directive anti-écocide a le potentiel pour débloquer la crise actuelle, mettre en place une feuille de route très différente et construire une nouvelle vision. L'impact potentiel à continuer comme avant (« business as usual ») sur nos économies, notre sécurité, nos emplois et notre avenir, cela ne dépend que de nous - le monde est entre nos mains.
Ce que nous décidons de faire ensuite peut être source d'un changement puissant pour notre avenir à tous ;
tout ce qu'il faut est une loi pour déclencher la métamorphose vers une économie verte.
C'est notre héritage pour les générations futures.

Remarque : sur la demande de son auteur Steve Venton, j'ai retiré la référence à son article Triggering the Transformation to the Green Economy.
En effet, il s'est rendu compte que certains points mentionnés dans son article étaient inexacts et son référencement pourrait donc porter préjudice à cette belle initiative.
Merci pour votre compréhension.

mercredi 23 octobre 2013

Rendons grâce à notre Terre-Mère

Bonjour les amiEs,

    Mon amie Maryvonne m'a fait remarqué, à juste titre,
    que l'ancien titre de cet article "Donnons des droits à la Terre"
    était bien présomptueux et représentatif d'une vision erronée qui nous
    placerait encore une fois au-dessus de la Nature.
    En effet, notre Terre-Mère n'a, en aucun cas, besoin de nous pour
    réclamer ses droits et nous devrions plutôt lui rendre grâce d'accepter avec
    autant de patience nos comportements si peu respectueux ;-)
   
Pour qu'il n'y ait pas d'ambiguïté sur cet ajout à mon article, je
    confirme que je soutiens à 200% cette belle initiative
qui a le potentiel pour
    débloquer la crise actuelle, mettre en place une feuille de route très
    différente et construire une nouvelle vision.


Un mouvement citoyen à travers toute l'Europe demande que le Parlement européen reconnaisse le crime d'Ecocide, c'est à dire le fait de détruire des écosystèmes à grande échelle.
 
Cette initiative a pour objectif de préserver la biodiversité et les générations futures, grandement menacées par une gestion des ressources terrestres effrénée, tournée uniquement vers les profits à court terme.  

Si une telle directive est adoptée, elle permettra de responsabiliser des personnes physiques : dirigeants d'entreprises, chefs d'états, directeurs de banque, afin qu'ils optent pour un changement vers cet autre monde que nous appelons de nos vœux, plus humain et plus solidaire et pour une transition énergétique rapide. 



Pour cela, nous demandons que les personnes physiques, responsables de ces destructions, puissent être pénalement poursuivies afin de sortir d'une politique de "pollueur-payeur" qui ne condamne que les entités morales à l'origine de catastrophes - et encore rarement- et ne remet pas en question les activités industrielles qui s'accaparent le vivant comme celles menées par Monsanto.

Il ne s'agit pas d'envoyer ces personnes en prison, mais bien de leur proposer un moyen de résister à la pression de leurs actionnaires ou de tout autre groupe constitué de personnes sans respect pour notre belle planète, la Nature dont nous sommes un élément indissociable et ainsi donner un droit d'existence sur une planète vivante et belle aux générations futures.



Pour soutenir ce projet législatif, rendez-vous sur http://www.endecocide.eu
muni d'une pièce d'identité pour prouver votre citoyenneté européenne.
En effet, il ne s'agit pas d'une pétition, mais bien d'un vote à l'échelle européenne.


Pourquoi en avons-nous besoin ?
  • Pour qu’une loi puisse être invoquée pour tous types de destructions environnementales
  • Pour que la responsabilité pénale des décideurs soit engagée
  • Pour préserver et protéger la biodiversité
  • Pour protéger les écosystèmes dans leur ensemble, et pas seulement des éléments distincts comme le sol, l’air, la faune et la flore
  • Pour favoriser la transition écologique
  • Pour honorer notre devoir envers les générations futures
  • Pour contribuer à un changement de valeurs afin que la Terre se voit reconnaître des droits
Cette initiative a été lancée au départ par de simples citoyens de 7 pays d'Europe, soutenue par de nombreuses organisations depuis,


et des personnalités qui ont manifesté leur appui par la publication d'une Tribune dans Le Monde.fr le 16 juillet dernier (Pierre Rabhi, Philippe Desbrosses, Edgar Morin...) :


Il ne reste que 3 mois pour rassembler 1 million de signatures dans 7 pays européens.

Pour l'initiative Right2Water, la déclaration de soutien faite à une heure de grande écoute à la télévision allemande par un chanteur a permis de réunir
800 000 signatures en 15 jours et l'initiative a ainsi pu réunir les 1 million de signatures nécessaires pour être prise en compte par le Parlement Européen.


Nous recherchons donc des personnalités publiques qui pourraient nous aider de plusieurs manières : 
  • en acceptant d'être filmée quelques minutes pour en obtenir une vidéo faites de témoignages et d'appels à soutien.
    Cette vidéo sera diffusée fin novembre sur les réseaux sociaux pour booster le nombre de signatures dont nous avons besoin pour nous faire entendre.

A l'issue de la période de collecte de signatures, fin janvier 2014, et quelquesoit le nombre de soutiens obtenus, nous continuerons à promouvoir la reconnaissance du crime d'Ecocide et cela, à l'échelle des Nations Unies.

=============================================

Voici ci-dessous la traduction de l'article http://eradicatingecocide.com/overview/a-law-for-business/ que je trouve remarquable pour expliquer les conséquences bénéfiques d'une telle loi.
(merci à mon ami Pierre Johnson pour l'aide apportée à cette traduction). 


Une loi pour les entreprises


La Directive anti-écocide, si elle était mise en œuvre,
favoriserait grandement les solutions soutenables.

Dans presque tous les pays, des entreprises relèvent le défi de cesser d'être à l'origine de destructions de masse, pour devenir une partie de la solution ; les énergies renouvelables, les technologies de la prochaine génération et l'innovation évoluent ainsi dans une direction très différente.

Ce qui empêche ces entreprises de changer d’échelle est l'absence d'une loi globale qui privilégie les investissements dans des activités qui ont peu ou pas d'impacts négatifs sur les personnes et la planète. Elles sont toutes confrontées au même défi : changer d’échelle sans un cadre législatif global qui privilégie leur entreprise. Les subventions et les politiques gouvernementales actuelles ne soutiennent pas l'économie verte, et les dispositions volontaires ne brisent pas le plafond de verre. Tout simplement, il n'y a pas de règles du jeu équitables. Les investisseurs ne reçoivent pas de signaux pour privilégier le long terme ;
les investissements continuent à alimenter les technologies établies depuis longtemps plutôt que de soutenir les nouvelles technologies durables et les gouvernements sont incapables de mettre en œuvre une politique qui n'est pas soutenue par un cadre juridique international.


Sans un cadre juridique global qui ferme la porte aux activités industrielles dangereuses et ouvre la possibilité d'un large soutien, les gouvernements, les investissements et les entreprises ne peuvent pas sortir de l'impasse. Malgré tous les efforts de tant d'entreprises, presque toutes les limites écologiques sont en cours de dépassement.

La Directive anti-écocide est une loi qui va changer les règles du jeu. Comme indiqué par Polly Higgins, dans son deuxième livre, « La Terre, c'est notre affaire : Changeons les règles du jeu », la règle numéro un qui régit la plupart des entreprises est de faire du profit sans aucune conséquence. Cette loi a marché pendant une longue période ; mais nous savons maintenant que beaucoup de pratiques commerciales sont à l'origine de destructions de masse. Souvent, il n'y a aucune intention ; la plupart du temps, l'écocide est un effet collatéral de l'activité exercée.

Pour imaginer les conséquences positives sur les affaires d'une telle Directive anti-écocide, trois étapes sont nécessaires :

1. Créer un cadre équitable pour tous;
2. Donner une période de transition appropriée et
3. Donner l'opportunité au monde industriel de changer à un niveau international.

Une Directive anti-écocide aidera les entreprises aux objectifs écologiques ambitieux.
En supprimant à la source les restrictions actuelles à l'économie verte, une Directive anti-écocide bénéficierait grandement à l''entreprise qui a une vision affirmée de développement durable.
En créant une loi qui interdit l'écocide, une nouvelle règle du jeu serait établie pour le monde des affaires, qui succéderait à celle d'aujourd'hui, laquelle n'a pas réussi à éviter les conséquences néfastes au plus haut niveau. La Directive anti-écocide crée une nouvelle disposition « penser avant d'agir » ; elle crée une obligation légale de prendre en compte en premier lieu les intérêts des êtres humains et de la planète.
Lorsque cela se produira, les entreprises avec un programme affirmé de durabilité, auront les moyens de remplir leur objectif.

Polly Higgins a proposé à tous les gouvernements une période de transition de 5 ans de 2015 à la fin 2019. Les économies mondiales recevront un cadre législatif pour créer de la résilience et de la stabilité ainsi que de la sécurité pour les investissements à long terme. En outre, au fur et à mesure que de nouvelles entreprises s'y investiront à échelle croissante, les entreprises existantes modifieront leur activité principale pour se mettre en accord avec la nouvelle directive. Cela va initier une vague d'innovation et d'investissement à travers le monde, le développement de pratiques de marché pour résoudre les problèmes environnementaux, tout en permettant l’afflux d'argent dans des solutions innovantes et évolutives. Cela permettra le développement d'une société globale d'entrepreneurs : les innovateurs sociaux vont prospérer, car ils aborderont les problèmes émergents et persistants ; les entreprises existantes répondront favorablement à une loi qui ouvre la porte à d'autres marchés et à de nouvelles opportunités. En conséquence, les flux d'investissement à long terme à la fois privés et publics seront devenus largement disponibles, et redirigeront les flux d'argent vers de nouvelles pratiques économiques ainsi que vers celles plus traditionnelles mais désireuses et capables d'innover, de mobiliser largement et de changer d’échelle.

Une économie mondiale fondée sur une Directive anti-écocide peut être notre futur. Une Directive anti-écocide a le potentiel pour débloquer la crise actuelle, mettre en place une feuille de route très différente et construire une nouvelle vision. L'impact potentiel à continuer comme avant (« business as usual ») sur nos économies, notre sécurité, nos emplois et notre avenir, cela ne dépend que de nous - le monde est entre nos mains.
Ce que nous décidons de faire ensuite peut être source d'un changement puissant pour notre avenir à tous ;
tout ce qu'il faut est une loi pour déclencher la métamorphose vers une économie verte.
C'est notre héritage pour les générations futures.

Remarque : sur la demande de son auteur Steve Venton, j'ai retiré la référence à son article Triggering the Transformation to the Green Economy.
En effet, il s'est rendu compte que certains points mentionnés dans son article étaient inexacts et son référencement pourrait donc porter préjudice à cette belle initiative.
Merci pour votre compréhension.

mardi 22 octobre 2013

Sadhana Forest : une réponse pour ré-enchanter le monde ?

Bonjour les amiEs,

Je connais peu de personnes qui vivent autant dans l’Économie du Don que Aviram et Yorit Rozin, un couple d’israéliens qui ont créé il y a exactement 10 ans le centre Sadhana Forest en Inde près d'Auroville.

La zone aride d'il y a 10 ans est devenue une forêt luxuriante avec des dizaines de milliers d'arbres plantés par les milliers de bénévoles dont l'énergie  et la générosité ont fait remonter la nappe phréatique de 7 mètres.

Après l'aventure toujours vivante de Sadhana Forest près d'Auroville,  l'opération Noyer Maya à Sadhana Forest Haïti, un deuxième projet en Inde dans l'état central du Madhya Pradesh, voici le nouveau projet de Sadhana Forest Kenya qui fait appel à nous pour co-créer avec les populations locales une forêt nourricière qui apportera une sécurité alimentaire à long terme pour des milliers de familles dans le district de Samburu : 
http://www.indiegogo.com/projects/let-s-create-a-food-forest-in-north-kenya


Si vous souhaitez venir rencontrer cette belle personne, inscrivez-vous vite au Café Auroville organisé par 
Auroville International France et Sadhana Forest France

mercredi 20 novembre à partir de 19h00
à l'Atelier Fil Rouge - 4 rue Saint-Nicolas - 75011 Paris
(métro Ledru-Rolin).


Le nombre de places étant limité, inscription obligatoire : http://www.weezevent.com/cafe-auroville
Participation sur place 5 € consommation inclue

Contacts :  
David :   06 16 46 26 79   courriel : david@sadhanaforestfrance.com
Roland : 06 85 53 55 39   courriel : katzroland@gmail.com


Cf mon ancien article sur Sadhana Forest :
Faire pousser les Arbres pour faire grandir les Hommes

lundi 23 septembre 2013

Utopies concrètes, ici et maintenant

Bonjour les ami(e)s,

J'ai passé, ce samedi 21 septembre, une bonne partie de l'après-midi au Festival des Utopies Concrètes qui a lieu en ce moment jusqu'au week-end prochain avec les Automnales de la Permaculture les 28 et 29 septembre.

En plus de ce foisonnement d'idées et de propositions concrètes pour nous montrer qu'un autre monde est possible Ici et Maintenant, j'ai eu la bonne surprise d'y découvrir une bande de jeunes faisant la promotion du
Revenu de Base (ou Revenu Universel).


Page Facebook sur la Semaine du Revenu de Base 

Je vous convie à regarder la belle vidéo Le Temps des Talents tournée sur ce thème par la joyeuse équipe des Zooms Verts avec la participation du talentueux François Plassard qui défend cette proposition depuis très longtemps.

N'hésitez pas aussi à soutenir cette proposition généreuse et réaliste en signant comme moi l'Initiative Citoyenne Européenne pour le Revenu de Base.

Une Monnaie Nationale Complémentaire

Sur un thème à la fois alternatif et complémentaire, je vous encourage vivement à lire  la proposition de mon ami Philippe Derudder pour une Monnaie Nationale Complémentaire et je le laisse vous l'expliquer dans son message ci-dessous :

"Vous le savez pour la plupart, j'ai publié en 2011 je crois, chez Yves Michel, un livre écrit en collaboration avec André jacques Holbecq :
une monnaie nationale complémentaire.
Oui je dis bien nationale; car si je suis très investi dans le développement des monnaies locales complémentaires, je suis conscient que ces dernières s’inscrivent dans une démarche de transformation de la société qui prendra du temps.
Or vous n'êtes pas sans voir qu'il y a urgence! Les crises s'empilent pour la simple raison qu'il y a, à haut niveau, (mais sans doute aussi chez pas mal de gens dans le monde) le refus de comprendre que ces crises ne sont que le fruit de notre attitude face à la vie, dont les conditions et les enjeux n'ont plus rien à voir avec ce que l’humanité a connu jusqu'à ce jour.
L’issue est pourtant simple à voir. Si nous persistons à maintenir coûte que coûte la logique économique dominante actuelle, c'est la nature qui nous fera plier, mais à quel prix de souffrances ?
Or si vous acceptez de considérer cette idée de monnaie nationale complémentaire,  vous découvrirez que sa mise en œuvre permettrait de relever tous les défis humains, écologiques, économiques, financiers qui sont les nôtres... et de fonder les bases d'un monde durable et équitable en une ou deux décennies .
 

 Que vous en doutiez ou pas je vous invite :

1 - à lire les quelques pages ci jointes où je résume le principe et les avantages de cette idée : Une monnaie nationale complémentaire

2- Et c'est là le principal : relayez le document joint à vos réseaux en leur demandant de faire de même, même si vous n'êtes pas convaincu à 100%, même si vous avez encore beaucoup de questions en suspend.
Car il ne faut pas compter sur l'oligarchie en place pour accueillir cette idée et la mettre en œuvre.
Elle est assez intelligente pour comprendre que c'est le  maintien du système actuel qui assure son pouvoir et ses privilèges (sans doute pas assez intelligente toutefois pour réaliser qu'elle en mourra comme les autres, peut être juste un peu plus tard...).
Nous avons dramatiquement besoin d'une clé. Est-ce que c'est celle là ? Peut-être pas, mais peut-être que oui. Il faut lui donner une chance.
Cette chance dépend exclusivement de la capacité à la faire connaître largement dans la société pour qu'elle puisse être adoptée sous la pression populaire.

3 - Si certains d'entre vous ont dans leurs connaissances des journalistes, mais aussi des personnalités influentes dans des organismes comme ATTAC, des partis politiques, des ONG, des associations etc...
merci d'intervenir pour leur faire connaître l'idée.

Ma seule ambition à ce stade est de pousser l'idée pour lui donner sa chance, ensuite cela ne m'appartient plus.
Alors je vous en prie, faites votre œuvre de colibri.
Je suis bien sûr prêt à venir soutenir cette idée partout où cela me sera demandé."

J'espère bien que Philippe vous a convaincu, comme moi, de l'importance de la diffusion de cette proposition, encore plus dans notre contexte actuel.

Le rapport public "Pour une économie positive", sorti ce samedi 21 septembre, et donnant la priorité dans les décisions politiques et économiques, au long terme et au respect des générations futures, risque bien de prendre la poussière si nous, citoyens, ne prenons pas notre destinée en main.
Le texte du rapport "Pour une économie positive"

Enfin, si vous ne l'avez pas déjà regardé, allez-vite voir sur la page de son association AISES où Philippe a mis gracieusement à disposition, son film
"La Monnaie, du pouvoir d'achat au pouvoir d'être"
en français, anglais et espagnol.


Avec finesse et douceur, Philippe nous aide à prendre conscience que notre cage est ouverte, que notre esprit (et notre cœur) sont libres de choisir la Vie avec le plaisir de la coopération et de la solidarité
, et de passer ainsi de la rareté à l'abondance.

Nous sommes libres de pousser la porte et de sortir de cette cage où nous nous sommes nous-mêmes enfermés.

Je vous souhaite une belle semaine ensoleillée

Coeurdialement

Charles

=======================================
Comme chaque printemps et chaque automne, mon ami Philippe Derudder,
spécialiste de la monnaie et des monnaies locales complémentaires,
nous fait le plaisir de venir alimenter nos réflexions sur ces thèmes centraux pour un changement en profondeur.

Vous pourrez venir le rencontrer cet automne aux quatre coins de France
entre le 27 septembre et le 5 décembre.
Tous les détails de son périple se trouvent sur la page de son association AISES (Association Internationale pour le Soutien aux Économies Sociétales) :

En région parisienne, le 30 septembre, le 1er et le 3 octobre
(mais je ne sais pas s'il reste encore des places disponibles)

PARIS (75011)
30 septembre à 20h
À l'Ageca - 177 rue de charonne -
75011 Paris Métro : Alexandre Dumas (ligne 2) - Bus : 76
Conférence débat
en duo avec Patrick Viveret

« Les monnaies complémentaires, effet de mode ou outil de transformation sociale »
- Qu'est-ce que les monnaies complémentaires?
- En quoi répondent-elles aux défis de notre époque?
- Comment s'implantent-elles sur notre territoire?
Renseignements et inscription :
collectif Roosevelt 2012 du 12e arrondissement,
Franck Mastelinck -
mastelinck@gmail.com
______________________________________________________

MONTREUIL (93100)
1er octobre à 20h
Dans la grande salle des fêtes de la mairie
Conférence débat
dans le cadre du lancement de la monnaie locale « la pêche »

«Pour que l'argent serve au lieu d'asservir »
Qu'est-ce que la monnaie ? pourquoi y-a-t-il crise ? Concevoir le changement de paradigme auquel nous sommes invités ; découvrir comment les monnaies complémentaires peuvent représenter une expérience simple, conviviale et à la portée de tous pour aider à changer de regard et guérir notre monde malade.
Renseignements et inscription
Collectif « la Pêche » -
Bastien Yverneau -
yverneau@gmail.com
-
06 58 68 65 41
______________________________________________________

PARIS  (75010)
3 octobre à 18h30
À l'Atelier - Centre de ressources régional de l’Économie sociale et solidaire 8-10 impasse Boutron, 75010 Paris
Conférence débat
« Les monnaies locales complémentaires, pourquoi, comment ? »
Face aux défis humains et écologiques auxquels nous sommes confrontés et face aux politiques d’austérité engagée par les États, les monnaies complémentaires peuvent-elles être une réponse? Qu’est-ce que c’est, comment ça marche, que peut on en attendre ?
Renseignements et inscription
L'Atelier - Centre de ressources régional de l'ESS -
Samuel Demeulemeester -
samuel.demeulemeester@atelier-idf.org -
01 40 38 89 20
_______________________________________


vendredi 23 août 2013

Quelques pistes de changement pour la rentrée...

Bonjour les ami(e)s,

De retour à la "civilisation" après une formation intensive de 15 jours en Permaculture dans un coin de paradis à La Saladou avec la générosité et l'enthousiasme communicatif de nos professeurs Andy et Jessie Darlington, voici quelques pistes de changement pour la rentrée
(dont certaines déjà évoquées ici).


La Transition et la Permaculture
du 20 au 29 septembre en Ile de France

Les Transitionneurs franciliens ont le plaisir de vous annoncer la tenue de la 2ème édition du "Festival des Utopies Concrètes",
du vendredi 20 au vendredi 27 septembre,
dans différents lieux d'Ile-de-France, suivi par les
"Automnales de la Permaculture et de la Transition"
les samedi 28 et dimanche 29 septembre


Programme du Festival des Utopies Concrètes :
http://festivaldesutopiesconcretes.org
 

Programme des Automnales de la Permaculture :
http://festival-permaculture.tumblr.com/



Les Entretiens de Sologne
du 11 au 13 octobre à Pierrefitte-sur-Sauldre en Sologne
Je fais partie, avec l'adorable Philippe Desbrosses et une dizaine d'ami(e)s, du comité d'organisation
des 22ème Entretiens de Sologne (ex-Entretiens de Millançay) qui auront lieu les 11, 12 et 13 octobre prochains
dans le magnifique village-jardin de Pierrefitte-sur-Sauldre en Sologne.
Nous avons souhaité donner à cet événement une forme très participative avec une place importante d'un
Réseau d’Échanges Réciproques de Savoirs (RERS), qui sera l'occasion pour chacun(e) des participant(e)s d'être à la fois enseignant et enseigné.
 

Voici la page d'information complète sur cet événement : http://www.entretiensdemillancay.org/
 

Et le formulaire de pré-inscription pour nous permettre
de mieux préparer cet événement et de mieux cerner vos attentes :
https://docs.google.com/forms/d/1CiHmUjGZ1SuqZ79W3e1WkDW98n0OoTNpxjSdOBrxLV8/viewform
 

Pré-programme : http://www.entretiensdemillancay.org/?page_id=13

Forum Terre du Ciel :
Soif de Vie, de l'aspiration individuelle à une aspiration collective
du 9 au 11 novembre à Aix-les-bains

Je partage avec vous ce beau texte Soif de Vie rédigé par le comité d'organisation du prochain Forum Terre du Ciel qui aura pour thème :
Soif de Vie, de l'aspiration individuelle à une aspiration collective

et aura lieu à Aix-les-Bains du 9 au 11 novembre prochain.
 

Prochain film de Marie-Monique Robin : Sacrée Croissance !
Si vous souhaitez encourager le travail de Marie-Monique Robin (réalisatrice du Monde selon Monsanto, Notre Poison Quotidien, Les Moissons du Futur et tant d'autres documentaires courageux), voici le site de financement participatif de son prochain film
"Sacrée Croissance !" :
http://www.m2rfilms.com/crbst_14.html 
Vous pouvez ainsi pré-acheter un ou plusieurs DVD du film en cours de réalisation.
Ce mode de financement permet à Marie-Monique d'être libre de ses choix éditoriaux, et si possible de se passer des banques.

Finance Éthique et Solidaire
Nous critiquons souvent le système en place, mais nous ignorons
que nous le finançons en restant dans le système bancaire traditionnel.
Il est possible de trouver une alternative en finançant des projets éthiques plus en accord avec nos valeurs.
Depuis 2009, j'ai fait le choix de devenir sociétaire de la NEF (Coopérative de finances solidaires).
Même si ce n'est pas encore une banque à part entière (la Banque de France refuse de lui donner toutes les accréditations bancaires alors que tous les critères nécessaires sont réunis depuis très longtemps), il est possible d'y ouvrir un compte-chèque (avec 70% des fonds utilisés par la NEF et le reste par le Crédit Coopératif) ou un compte-épargne (avec 80% des fonds utilisés par la NEF et le reste par le Crédit Coopératif ), en passant par une agence du Crédit Coopératif (en précisant bien qu'il s'agit d'une demande d'ouverture d'un compte NEF).
La carte bancaire est celle du Crédit Coopératif car la Banque de France oblige la NEF à utiliser ses services techniques pour offrir l'ensemble des services bancaires.
 

Le 13 juin dernier, La Nef (France), Fiare (Espagne), Oekogeno (Allemagne), Hefboom (Belgique), Crédal (Belgique) et la Cfé (France) ont annoncé la création de la Coopérative Européenne TAMA. Engagées dans une réelle volonté de convergence et de travail commun, les représentants des six coopératives fondatrices, se sont réunies en Belgique afin de déposer les statuts d’une Coopérative Européenne appelée TAMA. Cet acte fort constitue l’amorce d’une dynamique qui nous conduira peut être un jour vers une banque éthique coopérative européenne.
Lire la suite et Communiqué de presse
 

J'avais écrit en mars dernier un article détaillé sur la finance solidaire :
http://notre-essenciel.blogspot.fr/2013/03/finances-solidaires.html

 

La NEF a mis en place depuis cet article, en juin dernier, une plate-forme de financement participatif :
Pour en savoir plus : http://www.pret-de-chez-moi.coop

La monnaie et les monnaies locales complémentaires
je vous recommande le film de mon ami Philippe Derudder :
"La Monnaie, du pouvoir d'achat au pouvoir d'Être" mis à disposition librement sur le site de son association
en français, anglais et espagnol :
http://www.aises-fr.org/260a-liv-monnaie-FR.html
Avec finesse et douceur, Philippe nous aide dans ce film à prendre conscience que notre cage est ouverte, que notre esprit (et notre cœur) sont libres de choisir la Vie avec le plaisir de la coopération et de la solidarité, et de passer ainsi de la rareté à l'abondance.

Nous sommes libres de pousser la porte et de sortir de cette cage où nous nous sommes nous-mêmes enfermés.

Permaculture, une des solutions pour aujourd'hui et pour demain
Micro-fermes et Fermes d'Avenir

Permaculture : même les déserts peuvent nourrir l'Humanité
avec un enregistrement audio de la conférence du permaculteur californien Warren Brush que je vous recommande.
Une formation en permaculture animée par Warren Brush est prévue en 2014 à la Ferme du Plessis près de Chartres.


Une mine de docum
ents sur la Permaculture et les domaines liés

Pour les personnes qui ne sont pas effrayées par la langue de Shakespeare, je viens de découvrir une mine de documents passionnants sur le site de la co-operative United Diversity : http://uniteddiversity.coop/about/who/
qui maintient et met à jour depuis 2001 une librairie impressionnante d'outils pour le changement (Tools for Change) :
http://library.uniteddiversity.coop/

 

Mon association locale : Bagneux Environnement
Mon initiative de Transition locale : Sud de Seine en Transition
Transition France : http://www.transitionfrance.fr
Communauté des Transitionneurs : http://fr.wiser.org/group/transitionfr